Violation d’un principe sacro-saint de l’Islam : Quand les Agences de voyage effectuent le pèlerinage avec « les femmes d’autrui »

Dans notre série d’articles que nous avons décidé de consacrer au pèlerinage 2017, nous évoquons aujourd’hui, après un constat amer constaté sur les lieux saint de l’Islam, il nous est revenu que nos Agences de voyage, à la recherche débridée de l’argent, violent un principe sacro-saint de l’Islam : « Le Mahram de la femme » (tous les hommes avec qui le mariage est interdit définitivement). Il s’agit, entre autres, du père, du grand-père, de ses ascendants, le fils, le petit fils et descendants… le père de lait, le fils, le frère de lait, l’époux de la fille et l’époux de la mère)

En effet, le groupe dans lequel nous étions, supervisé par le ministère de la Culture et de l’information de l’Arabie Saoudite,  comprenait beaucoup de journalistes égyptiens (une vingtaine),  des palestiniens, des jordaniens,  des marocains, les Pays du Balkan… Tous ou presque étaient accompagnés de leurs épouses. A Médine tout comme à la Mecque, nombreux sont les Arabes de tous âges qui sont suivis par leurs femmes, main dans la main, bras dessus-dessous. Ils accomplissent les rites du pèlerinage en couple. Cette situation a attiré notre curiosité. Nous nous sommes donc interrogés parce que seuls les africains noirs accomplissent  le pèlerinage sans leurs épouses. Celles-ci aussi se permettent d’y aller sans leurs maris ou le Mahram.

Les informations reçues sur place et les documents mis à  notre disposition nous ont montré clairement que  les Agences de voyage violent ce principe sacro-saint de l’Islam,  disons la parole du Prophète(PSL) : « La femme n’a pas à accomplir le Hadj ou l’Oumrah tant qu’elle ne trouve pas de Mahram pour l’accompagner » ; elle n’a pas le droit de voyager sans Mahram, selon la parole du Prophète (PSL). La femme : «  Le femme n’a le droit de voyager une distance de plus de trois jours de marche sauf en compagnie de Mahram » (Al-Bukhâri et Muslim).

Nos Agence de voyage dirigées pour la plupart  par des musulmans ignorent-elles ce «  Hadhiss authentique ? » Ont-elles  une explication   pour le moins douteuse ? Certaines  personnes laissent  entendre que l’Imam Malick aurait autorisé une telle  pratique. Les  faibles références,  sinon inexistantes,   liées à ce grand Imam sont bien mises en cause par l’authenticité de la parole du prophète Mohamet (PSL), le sublime, le meilleur de toutes les créatures.

Alors, les femmes qui  partent à la Mecque  sans  le Mahram ont-elles accompli un pèlerinage ? Il revient à chacun de nous de faire son jugement,  ( en attendant la vérité de Dieu) car, encore une fois de plus, sans Mahram pas de pèlerinage ou d’Oumrah pour la femme.

Les Agences de voyage sont donc vivement interpellées pour ne pas voyager avec les femmes d’autrui sur les lieux saints de l’Islam, sans Mahram. Les femmes aussi bien que les hommes doivent chercher à connaitre davantage l’Islam et les conditions pour accomplir le pèlerinage avant toutes inscriptions. Sinon, cela pourrait être peine perdue. Que Dieu nous guide davantage !

En outre, nos mamans et nos sœurs doivent savoir que la meilleure des mosquées pour les femmes est leur demeure. Il est interdit à la femme de visiter les cimetières et suivre le cortège funèbre, selon la parole du Prophète (PSL) : « Allah maudit celles qui visitent souvent les cimetières ». De même, il est obligatoire de donner à la femme la part de l’héritage qu’Allah lui a prescrite, et il est interdit de l’en priver.

 A suivre

 EL Hadji Chahana Takiou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *