Le Tchad exprime son « sentiment d’injustice » après le décret migratoire de Donald Trump

« Sentiment d’injustice », « incompréhension »… Le gouvernement tchadien s’est plaint mardi auprès de l’ambassadrice américaine à N’Djamena, suite à la publication du décret migratoire du président Donald Trump. Celui-ci interdit de façon permanente aux ressortissants tchadiens d’entrer aux États-Unis.

« Nous avons fait part à l’ambassadrice du sentiment d’injustice et d’incompréhension parce que cette décision ne reflète pas le niveau de coopération entre nos deux pays », a expliqué à la presse le ministre secrétaire général du gouvernement assurant l’intérim des Affaires étrangères, Abdoulaye Sabre Fadoul.

 

« Les excellentes relations entre nos deux pays »

« Nous avons pris bonne note de cette décision regrettable qui n’a aucune dimension politique », a ajouté Abdoulaye Sabre Fadoul, qui parle de motivations « techniques » justifiant la nouvelle mesure américaine.

L’ambassadrice américaine au Tchad, Geeta Pasi, a déclaré pour sa part avoir discuté avec le ministre de « cette décision qui n’entame en rien les excellentes relations entre nos deux pays ». « On est le pays le plus important pour soutenir le Tchad, car on intervient dans le domaine militaire et de la police, et on est en train de lancer un programme (pour les réfugiés, ndlr) dans le Lac », la région au nord-ouest de N’Djamena en crise humanitaire et touchée par le groupe jihadiste Boko Haram, a ajouté l’ambassadrice.

Le manque de coopération de N’Djamena dénoncé par Washington

Avec la Corée du Nord et le Venezuela, le Tchad est le dernier pays en date à intégrer la liste des personæ non grata sur le sol américain. Une décision motivée selon le président Donald Trump par le manque de coopération de N’Djamena, qui « ne partage pas de manière adéquate les informations concernant la sécurité du public et le terrorisme ». Selon le décret, les groupes jihadistes comme l’État islamique, Aqmi et Boko Haram sont présents sur le sol tchadien.

Le Tchad, qui a subi des attentats de Boko Haram, participe au Mali à la lutte contre les groupes jihadistes et abrite la force multinationale du G5 Sahel, se dit actif dans la lutte contre le terrorisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *