Secrets de famille : Du sang sur les mains de Bathily Père et Fils

Fils de Mohamed Aly Bathily et de Korotoumou Kéïta , Mohamed youssouf Bathily dit Ras Bath est un enfant né hors mariage.

Comme c’est souvent le cas, Ras Bath a beaucoup souffert de ce qu’on appelle, « le jugement de la société ». Imaginez un instant les allusions déplaisantes de ses camarades de classes primaires à propos de son père absent. On comprend donc mieux sa rage et ses réactions soudaines, mais surtout son attrait pour la solitude qui l’empêche de maintenir tout lien amical.

Il vit un mal qui le ronge et ses prises de paroles publiques sont une délivrance pour lui car cela lui confère une certaine valeur.

Mais ces jours ci Ras Bath a gagné plus qu’il n’aurait pu l’imaginer. Son père biologique l’a adoubé, non pas reconnu sur le plan génital encore moins témoigner de leur filiation  (l’acte de naissance de Ras Bath a été établie pour la première fois en 1977 alors qu’il est né en 1973, est ce à dire que son père ne l’a reconnu que quand il avait 4 ans ?) mais il l’a présenté comme sa fierté au plan national et international ! Le labeur du fiston a enfin payé, et ce à plusieurs égards, en effet, il n’est pas devenu l’égal de son père, mais plus que ça , il est devenu l’incontournable fils dont il faut se vanter d’être le géniteur. Ce batard qui fut si souvent pour lui cause d’ennuis multiples, a enfin le respect et la reconnaissance de ce père si souvent désespéré de cette progéniture illégitime,

De son père, Ras Bath aimerait être proche et même complice , ils le sont déjà mais pour le père, seul l’intellect vaut respect et donc considération, mais malheureusement le fiston est très limité, et c’est pas pour rien que quand il débat, il monopolise le temps de parole et aime hausser le ton car c’est comme ça qu’il cache ses carences académiques. D’ailleurs il récite en longueur de journée des définitions du code civil ou pénal et il suffit de l’interrompre pour qu’il bug tels un griot perdant le fil de sa narration.

Cependant, les Bathily père et fils cachent un lourd secret. Vers la fin des années 80, Bathily père est directeur de cabinet au Ministère de la justice quand il apprend que son fils a renversé un homme au niveau de l’hôpital gabriel touré et que la victime est décédée. Par conséquent, le jeune Ras Bath est aussitôt interpellé pour homicide. Mais le papa use de sa position au ministère de la justice pour enterrer ce dossier et soudoie la famille du défunt. Pour le pourfendeur des plus démunis et apôtre de la justice universelle, en voilà des pratiques d’intégrité pour expédier un dossier d’homicide.

Le père qui se défend d’être un saint distributeur automatique de justice a-t-il oui ou non délibérément étouffer un cas d’homicide perpétré par son Ibn Haram (enfant du péché) et combien a-t-il donné à la famille du défunt pour acheter leur silence ?

Sourcemali-express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *