Proclamation de deux résultats du ‘’bac’’ par l’académie d’enseignement de Koulikoro : Des têtes commencent à tomber

Suite à certaines irrégularités, les résultats du baccalauréat ont été publiés deux fois par l’académie d’enseignement de Koulikoro. Les localités concernées sont Kati, Koulikoro et Dioïla. Ces irrégularités ont fait passer des candidats qui devraient échouer et fait échouer d’autres qui devraient être admis. Cette situation a suscité la colère des élèves admis et ensuite déclarés non admis et de leurs parents qui ont jugé inadmissibles de telles erreurs. C’est pourquoi, ils ont exigé que les responsabilités soient situées et que les auteurs soient punis avec la dernière rigueur pour que de telles erreurs ne se reproduisent plus.

En effet, les parents des 251 élèves admis qui ont ensuite été déclarés non admis ont exigé que leurs enfants soient admis conformément aux premiers  résultats publiés. Aussi, ils ont exigé que les responsables de cette situation soient  sanctionnés comme il se doit afin que de telles erreurs ne se reproduisent plus  au Mali.

Si la deuxième doléance n’est pas encore satisfaite, la seconde est entrain d’être satisfaite car les sanctions ont déjà commencé à tomber dans cette affaire.

Selon des sources proches du dossier, il est prévu des cas de révocations et de mutations de certains agents et chefs de services, de la division des examens de l’Académie d’enseignement de Koulikoro. Notre source parle de deux cas de mutations d’agents responsables dont l’un pour Sikasso et l’autre pour Kayes et de deux chefs de sections et un chef de division relevés, tous de la division des examens et concours. Aussi, notre interlocuteur n’écarte pas le départ du Directeur d’Académie d’Enseignement de Koulikoro. Ce dernier serait victime de sa rigueur vis-à-vis de certains de ses agents qui ont voulu se venger de lui en bâclant le travail.

A en croire notre source, les  parents d’élèves de Koulikoro qui se sont regroupés en collectif sont en train de mettre la pression sur l’Etat pour faire passer leurs enfantsdéclarésadmis par les premiers résultats et recalés par les seconds. Car selon eux, les autorités scolaires doivent s’en tenir à ces résultats. Et elles devraient corriger toutes les erreurs avant de les publier pour éviter aux enfants de vivre un tel scenario. Ils menaceraient même de faire une marche pour se faire entendre et les jeunes de Koulikoro soutiendraient cette initiative.

Pourtant, notre source est formelle : la réparation de telles erreurs est prévue par les textes en vigueur au Mali relatifs aux examens. Dans ces textes, explique notre interlocuteur, il est donné la possibilité aux autorités de réparer ces genres d’erreurs dans un délai de deux mois. C’est-à-dire, lorsque les autorités constatent qu’un ou des candidats à l’examen ont été déclarés admis ou ont échoué par suite d’erreurs, elles peuvent réparer cela dans un délai de deux mois. Aussi, la possibilité est donnée  aux parents d’élèves de saisir l’administration lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec les résultats d’un examen.

M.D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *