Oumar Mariko : «Personne n’a pris la ville de Ménaka»

«C’est l’armée malienne qui est sortie d’elle-même, peut-être, par peur. La Cma a organisé la chasse au Gatia. Tout ça, c’est la faute du pouvoir et l’armée n’a rien à voir dedans» vient de me dire Algabass depuis Kidal. Ils sont décidés d’en finir avec le Gatia…

 

OUMAR MARIKO docteur politicien parti sadi

Pourquoi toujours cette fuite en avant avec le redéploiement de l’Administration dans tout le Nord ? Pourquoi la Cma pose toujours de nouvelles conditions ? Une chose est sûre : le pouvoir a jeté les Imrads contre les Ifoghas, en prenant partie pour les premiers taxés de pro-Mali. Au lieu de choisir un cadre de l’administration malienne, même pas forcément du Nord, le pouvoir a choisi parmi les anciens rebelles qui sont vomis par un clan, comme le gouverneur de Kidal.

Le Général Gamou de l’armée malienne est engagé dans une milice appuyée par le matériel de l’armée nationale. Gamou est de Gao et on dit qu’il faut qu’il rentre à Kidal pour le Mali. Rentrer à Kidal avec une milice devient l’objectif du pouvoir. Gamou veut régler ses comptes avec ses anciens frères d’armes de la rébellion. IBK l’y encourage car il ne veut pas de dialogue en fait ; il pense gagner la guerre non pas avec une armée requinquée mais avec une milice versée dans le trafic de drogue, tout comme la rébellion et certains hauts responsables de l’armée.

Entre-temps, il détruit son armée par la corruption des chefs qui broient les droits des sous-officiers et des hommes du rang, qui manquent d’armes, de munitions, de nourriture et de formation. La communauté internationale s’érige contre les milices, IBK s’en moque, mais fait croire qu’avec sa constitution, il obéit à la communauté internationale. Quelle duplicité ! Inimaginable !

Lorsque Algabass dit ne rien à voir avec l’armée malienne mais veut en finir avec le Gatia, je le crois. C’est pour cela je lui dis de le déclarer tout haut et de se mettre en lien avec l’armée nationale pour protéger la vie des citoyens et débarrasser le pays de ces pseudo-djihadistes qui sèment la terreur jusqu’à Mopti et Ségou. Je sais qu’ils peuvent le faire avec l’armée. Souvenez-vous que je m’étais insurgé contre la nomination de M. Ichrach comme gouverneur.

Il est pétrolier de formation et il a fait sa mue dans la douane. Il n’a jamais été administrateur, il était de l’ARLA (Armée Révolutionnaire de Libération de l’Azawad) qui a été défaite par Iyad Agaly appuyé par l’armée de Alpha Oumar Konaré avec comme Premier ministre IBK et Soumaïla Cissé. C’est ce Monsieur qui n’a pas digéré cette défaite, que l’on choisit comme gouverneur. J’avais attiré l’attention du pouvoir là-dessus. On prend Fagaga comme chef des autorités intérimaires… tout cela est fait pour défaire les soi-disant Ifoghas.

Algabass est de l’Adéma-Pasj. S’agit-il alors d’un conflit Adéma-Rpm à l’interne ? Cette situation se greffe à d’autres pour faire du Nord puis du pays un brasier permettant aux tenants du pouvoir de piller le pays et aux rebelles de s’enrichir par la drogue, et à la France de faire ses calculs à long terme sur nos ressources, car le pays sera en lambeaux. C’est un crime perpétuel et perpétré par IBK et le duo RPM-ADEMA, soutenu par Yelema, le Cnid, l’Umrda, l’Asma, et autres Apr, Miria, Codem, Mpr, pour des strapontins avec très peu de conscience politique.

Comme larrons en foire, ils arrosent une société civile bruyante mais vide, en bise avec des opérateurs économiques brassant des marchés de l’État et de la Minusma et de Barkhane, indifférents à la mort d’un peuple meurtri d’anesthésie en permanence par de pseudo-musulmans, autoproclamés chefs religieux qui lui promettent le paradis à l’au-delà, qu’eux-mêmes ne veulent pas attendre…

Vous savez, la Cma à Ménaka n’a attaqué aucune position de l’armée et n’a touché à personne. L’armée s’est simplement retranchée dans son camp. Nous venons de recevoir ces informations de militaires à Ménaka au sein du camp. La Cma a chassé la milice créée par IBK et incarnée par le Gatia, dirigé par un officier de l’armée régulière honteusement présenté comme pro-Mali ou patriote ou encore et encore… Nous ferons une conférence de presse le mardi pour dire encore que l’histoire vient de nous donner raison.»

Oumar Mariko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *