L’intégralité de l’interview de Soumaila Cissé dans le magazine Jeune Afrique N° 2951, parue cette semaine

Forte d’une mobilisation sans précédent l’Opposition se sent pousser des ailes, Accord de Paix, insécurité, constitution … le Leader de l’URD ne mâche pas ses mots à l’égard du Chef de l’État.

 

amadou koita president yeelen coura honorable soumaila cisse depute assemblee nationale chef opposition urd

Depuis son entrée en fonction il y a quatre ans, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) n’a jamais été confronté à une telle fronde populaire. En voulant réviser la Constitution pour « moderniser les institutions », le Chef de l’État a déclenché l’ire de ses opposants.

Mi-juin, à Bamako une manifestation inédite de plusieurs milliers de personnes l’a contraint à faire machine arrière et à repousser sine die le référendum initialement prévu le 9 juillet. Depuis, l’Opposition a réussi à mobiliser de nombreux partisans à plusieurs reprises. À un an de la prochaine présidentielle, prévue fin juillet 2018, le Chef de file de l’Opposition et Président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD). Il a une revanche à prendre sur l’homme qui l’avait battu au second tour en 2013.

JEUNE AFRIQUE : Pourquoi êtes-vous opposé au projet de révision constitutionnelle d’Ibrahim Boubacar Keita ?

SOUMAÏLA CISSÉ : Ce projet n’est pas consensuel. Il a été lancé par le Chef de l’État sans consultations et rédigé par des experts qui n’avaient aucun mandat des forces vives du pays. Sur le fond, cette révision avait pour but d’intégrer certains engagements pris lors de l’Accord d’Alger [signé avec les groupes rebelles du Nord en 2015], notamment sur les questions de décentralisation. Mais les députés ont estimé à l’unanimité que ces dispositions contribuaient à diviser le pays et menaçaient la cohésion nationale. Ils ont donc formulé des amendements pour qu’ils soient retirés. Pour le reste, ce texte vise essentiellement à un renforcement exorbitant des pouvoirs du Chef de l’État.

JA : N’est-il pas nécessaire de moderniser les institutions, comme l’affirme le pouvoir ?

SC : Bien sûr, mais que veut dire « moderniser » ? Le peuple n’aura plus le droit à la parole si cette Constitution est adoptée. Le vote des deux tiers de parlementaires suffira pour la modifier, or un tiers des sénateurs seront nommés par le Président de la République. Il pourra donc la transformer à sa guise. Il bénéficiera aussi d’une impunité totale, car il ne pourra être mis en accusation qu’en cas de haute trahison. Enfin il nommera le Président de la Cour Constitutionnelle, l’institution chargée de trancher les litiges électoraux et de proclamer les résultats.

JA : Pourquoi réclamer le retrait « pur et simple » de ce projet ? Est-il impossible de parvenir à un texte à un texte consensuel ?

SC : Ce projet ne traite plus des problèmes liés à l’Accord d’Alger, puisque les députés se sont opposés à la régionalisation. La révision n’est donc plus opportune. Le pouvoir ne s’y accroche que pour renforcer son emprise.

JA : Pourquoi ne pas laisser aux maliens la possibilité de s’exprimer sur ce texte via un référendum ?

SC : Il aurait fallu les consulter avant ! La première chose à faire était de leur expliquer ce projet. Cela a été fait pour les reformes de 1992, 2001, 2011. Pourquoi avons-nous découvert ce texte à l’Assemblée Nationale ? Le peuple est en droit de s’interroger quand son Président lui cache des choses de la sorte.

JA : L’Opposition à ce projet de révision a provoqué une mobilisation populaire inédite à Bamako ces dernières semaines. Comment l’expliquez-vous ?

SC : Nous n’avons jamais connu de telles manifestations depuis 1960. Les Maliens sont en colère à cause des mensonges accumulés depuis deux ans. On nous promis la paix après la signature de l’Accord d’Alger, après l’installation des autorités intérimaires, après la création de bataillons mixtes avec les groupes armés, après la Conférence d’Entente Nationale… Tout cela a été fait, et la paix n’est toujours pas là.

JA : Cela peut-il déboucher sur un mouvement de contestation plus large ?

SC : Le mouvement est déjà large. Nous avons organisé trois manifestations. La dernière marche, le 15 juillet, a réuni encore plus de monde que la première, le 17 juin. La mobilisation ne faiblit pas malgré l’hivernage, le blocage des réseaux sociaux et les petites manigances destinées à empêcher les gens de manifester… Les Maliens sont déterminés et veulent que ce projet soit retiré. Il faut que le Président accepte le dialogue. Sinon, nous ne pourrons pas avancer. Il y a un déficit énorme de communication de la part du Chef de l’État. Une réforme aussi importante ne peut être menée en catimini. C’est aussi une question de respect du peuple.

JA : Nous sommes à un an de la prochaine présidentielle, IBK va très probablement se représenter. Que retenez-vous de positifs dans son bilan depuis quatre ans ?

SC : En matière de communication, de cohésion sociale, de sécurité, ou encore d’investissements, je ne vois rien de saillants. Sans parler des problèmes sociaux cruciaux comme l’éducation et la santé ou tout va à vau-l’eau. On ferme des écoles et dispensaires. J’ai beau chercher quelque chose de positif, je ne trouve pas.

JA : Quel est votre principal reproche à l’égard du Président ?

SC : Ne pas respecter la parole donnée. Dans une société comme la nôtre, c’est inacceptable. Il a été élu en disant qu’il ramènerait la sécurité. Or les groupes armées signataires de l’Accord de Paix continuent de s’entre-tuer. Sans cessez-le-feu, il est impossible de parler de progrès dans le processus d’Accord de paix. Il y a aussi des problèmes de gouvernance, avec du népotisme et des contrats surfacturés…

JA : Aurait-il pu faire mieux dans une situation pareille ? Le Mali était à terre quand il est arrivé au pouvoir…

SC : Voilà quatre ans qu’IBK a été élu. À l’époque, le centre du Mali était en paix, et nous pouvions encore aller à Kidal : il y avait un gouverneur, et les routes étaient ouvertes. Aujourd’hui, tout le monde est en danger. Il n’y a plus d’administrations au nord de Ségou. La situation actuelle est la pire que le Mali n’ait jamais connue.

JA :Quelle mesure d’urgence pourrait-il prendre selon vous ?

SC : Il faut que le Président s’adresse à la population. Nous ne savons rien de ses intentions. Il doit nous dire ou nous allons et quelle est sa stratégie.

JA : Comment faire pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord de Paix ?

SC : Nous tournons en rond. Le comité de suivi se réunit régulièrement, mais rien n’en sort. La première mesure serait d’évaluer la sincérité de ses signataires. Est-ce que tout le monde veut la paix ? Il faut d’abord répondre à cette question. Ensuite, chacun doit s’impliquer au plus haut niveau.

JA : Comment régler les problèmes sécuritaires dans le centre du pays ?

SC : Tous se focalisent sur le Nord et l’Accord d’Alger, mais le Centre est dans une situation critique, avec des violences communautaires régulière et préoccupante. Certaines populations sont stigmatisées en raison de leur appartenance éthique. Malheureusement, ces zones sont livrées à elles-mêmes.

JA : Êtes-vous favorable à la présence de troupes de l’ONU et de Barkhane sur le sol malien ?

SC : Une intervention étrangère doit toujours être la plus courte possible. Mais il faut reconnaître que, sans ces soldats, la situation serait pire.

JA : La Force Conjointe du G5 Sahel peut-elle améliorer la situation ?

SC : D’abord, je n’ai pas compris pourquoi le G5 Sahel n’a pas été élargi au Sénégal, voire l’Algérie. Le Sénégal fait partie de l’ensemble sahélien, et il contribue déjà fortement en nombre de soldats à la MINUSMA. Plus largement, la première difficulté du G5 Sahel est posée par son financement. Il faut que ses membres puissent se faire aider par des pays qui participent déjà à la stabilité de la région pour que sa force conjointe fonctionne.

JA : Êtes-vous favorable au dialogue avec les djihadistes maliens, à commencer par Iyad Ag Ghaly ?

SC : Qu’y a-t-il à discuter avec lui ? Iyad Ag Ghaly et ses hommes sont allés trop loin dans la radicalisation. Il faut faire face de façon déterminée.

JA : Serez-vous candidat en 2018 ?

SC : Le moment n’est pas venu de me prononcer. Ma principale préoccupation est la stabilité de notre pays. Face à la colère des jeunes, à l’insécurité et au risque de dislocation du pays, les ambitions personnelles doivent être mises de côtés. Nous avons un an devant nous. Le moment viendra où nous devrons y réfléchir car nous avons des solutions réelles pour améliorer la situation.

JA : Vous avez aussi une revanche personnelle à prendre sur IBK…

SC : Ce n’est pas une question de revanche. Il est malheureux que la gouvernance actuelle soit aussi catastrophique. Nous ne travaillons pas contre quelqu’un, mais pour proposer une alternative.

 

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *