Interview exclusive du Pr Ali Nouhoum Diallo : «Personne au Mali ne sait exactement aujourd’hui ce que la France fait à Kidal»

Le Mali est indépendant depuis 57 ans. Ce long parcours mérite une évaluation de ceux qui ont vu ce beau pays naître le 22 septembre 1960.

 

C’est pourquoi nous avons approché le Professeur Ali Nouhoum DIALLO afin qu’il soit un éclaireur pour la nouvelle génération. Pour cela, nous lui avons posé cette question : quel regard portez-vous sur le Mali de 1960 à nos jours ?

A.N.D. : D’abord le regard que je porte c’est celui d’un regard de nostalgique. La nostalgie de tous les pionniers de l’indépendance, les médaillés d’or de l’indépendance. Ces derniers se raréfient si bien que de plus en plus nous sommes obligés de les compléter par des médaillés commandeurs de l’ordre national, des grands officiers de l’ordre national, les ordres nationaux. La première des choses quand vous me demandez du Mali indépendant, c’est un sentiment de nostalgie et la douleur d’avoir perdu tous ces hommes. A qui, je pense intensément pour les avoir côtoyé beaucoup et pour qui j’implore la clémence divine. Qu’Allah les accueille dans le paradis.

Ensuite, les hommes qui se sont réunis sur les bords du Niger le 18 octobre 1946 étaient les militants de l’émancipation du peuple africain. Le sentiment que j’ai, c’est que les africains étaient solidaires et voulaient une Afrique indépendante, solidaire et puissante. Ce sont tous les députés francophones de l’AOF (Afrique Occidentale Française) et de l’AEF (Afrique Equatoriale Française) qui se sont réunis tous à Bamako le 18 octobre 1946 pour fonder le RDA (Rassemblement Démocratique Africain) qui avait pour mission essentielle l’émancipation du peuple africain.

Quand vous me parlez de l’indépendance du Mali, je ne vois pas le « petit » Mali, je vois toutes ces figures que j’ai rencontrées. Gabriel LOUISETTE, Gérard Kango OUEDRAOGO, Henry Konan BEDIE président à l’époque du PDCI RDA, etc. Tout cela, c’est la nostalgie. La nostalgie des moments héroïques de l’Afrique où les gens n’étaient pas portés sur leur personne mais sur l’émancipation de l’Afrique.

Dix (10) ans après la création du RDA soit 1956 beaucoup d’entre eux se réunissent de nouveau à Bamako. On allait vers la loi cadre qui était pratiquement en application. La loi cadre Gaston Deffere qui allait malheureusement aboutir à ce que Senghor appelait « la balkanisation de l’Afrique ».

La question qui se posait à l’époque était que l’AOF allait-elle partir en indépendance en tant qu’entité AO ? L’AEF, aussi, allait-elle à l’indépendance en tant qu’entité AE ? Parce qu’il y avait à l’époque les fédéralistes et les non fédéralistes. Les fédéralistes dont Modibo KEITA, Senghor, Gérard Kango OUEDRAOGO. Les non fédéralistes dont le chef de file était Félix Houphouët BOIGNY. Le grand débat était : fallait-elle que les territoires qui composaient l’AOF et l’AEF aillent à l’indépendance isolement ? Ce qui conduisait inévitablement à l’affaiblissement des uns et des autres. Aussi, la métropole pouvait utiliser les Etats de petit territoire qui ne pouvaient pas se tenir face à elle les uns contre les autres et empêcher ceux-ci de se mettre ensemble afin de constituer un ensemble viable.

Par ailleurs, le regard que je jette, c’est qu’il y eut des hommes et des femmes au Soudan qui se battaient, chacun, à sa façon pour l’indépendance du pays. Tels que Modibo KEITA, Mamadou Madera KEITA, Yacouba MAIGA, Attaher MAIGA, Ousmane BA, Gabou DIAWARA, Amadou Djicoroni, Samba SOW, Mamadou SOW, Konimba PLEA, Samba Lamine TRAORE, Badra SOW, Seydou Badian KOUYATE qui sont pour la plupart décédés. Bref, il y eut des hommes résolus pour l’indépendance et prêts, une fois le pays indépendant, à faire en sorte que le pays soit réellement indépendant.

Outre, ce qui me retient aussi, ce sont des hommes politiques désintéressés, je parle des chefs, tels que Modibo KEITA, Mamadou Madera, Mamadou El Béchir KOLOGO, Hassane GUINDO. Je pense à ce combat qui a abouti à la création de la fédération du Mali en janvier 1960. Mais, les antis fédérations vont travailler à la dislocation de la fédération du Mali et nous allons revenir à notre « petit » Soudan qui proclama son indépendance le 22 septembre 1960. Il était prévu qu’il y ait en fédération le Soudan, le Sénégal, le Niger et le Dahomey (l’actuel Bénin). Par contre, Houphouët va détacher le Niger et le Dahomey pour créer le Conseil d’Entente. La fédération du Mali, composée du Soudan et du Sénégal, naitra quand même mais là aussi, la France en œuvre va casser cette fédération.

En conséquence, les cadres politiques de la RDA du Mali vont suffisamment faire confiance à sa jeunesse et vont lui confier le développement économique du pays. C’est ainsi que Samba Lamine TRAORE sera à la tête de l’Office du Niger, Oumar Sory Ly prendra la tête de la SOMIEX, la Pharmacie Populaire du Mali sera confiée à Sady Moussa DIALLO, Amadou Seydou TRAORE dit Amadou Djicoroni dirigera la Librairie Populaire et les EDIM, le TAMALI sera confié à Samba SOW il a la charge de donner la chaussure à tous les Maliens, etc. Donc, partout au Mali de Kidira à Tinzawaten, les produits et les services de l’Etat sont disponibles au même prix. C’était de faire en sorte que chaque citoyen se sente Malien. Et tous les citoyens étaient égaux devant l’Etat. Les ambitions étaient nobles.

Malgré la bonne volonté de ceux-là à qui on avait confié l’économie malienne, il fallait travailler avec le moyen humain qu’on disposait à l’époque. Le pays venait d’être indépendant. Les cadres de conception n’étaient pas nombreux. C’est pourquoi on avait dit les six (6) – sur le plan de l’éducation. Par la suite, la réforme de 1962 a été faite et se sont les jeunes cadres enseignants plus les révolutionnaires africains, antillais qui enseignaient. Car le Mali était devenu, à l’époque, le pays de la révolution africaine et internationale. Il y avait beaucoup de réfugiés politiques ici au Mali. Que se soit des sénégalais, antillais, camerounais ou de Zanzibar (Zambie). La réforme de 1962, éducation de masse et de qualité, a formé la plupart des cadres qui ont construit le Mali.

Ces hommes, fondamentalement, politiques étaient soucieux de l’indépendance économique du pays. C’est cette même équipe de Modibo Kéïta qui va demander aux français de bien vouloir libérer toutes les bases militaires qu’ils occupent au Mali. Elle crée le Franc Malien, fait sortir de la zone monétaire CFA et donne les jalons de l’indépendance économique du pays. Ces derniers étaient vifs au sein de son équipe pour des grandes discussions d’orientation plus le travail des puissances étrangères économiques. Le Mali était enclavé et tous les pays de la zone franc n’étaient pas certainement disposés à aider le Mali.

A cette équipe d’hommes politiques et économistes, va succéder une équipe militaire impérialiste. Si Modibo KEITA continuait avec Kwame NKRUMAH, Sékou TOURE, Julius Nyéréré, Ben Bella, et que ces hommes réussissent, l’Afrique allait avancer à grands pas. Il fallait interrompre cela. Les nationalistes seront renversés par les coups d’états. Ce que nous appelions à l’époque les troufions coloniaux ont été aux ordres de nettoyer.

Arrivera donc une équipe militaire qui va donner l’illusion à une fraction de l’Union Soudanaise RDA en un cours instant. Ils vont gérer le Mali ensemble, abandonner la voie socialiste aller vers le libéralisme. Mais des Maliens ne se laisseront pas faire à tel enseigne que Moussa dira un jour qu’il a tout réussi sauf changer la mentalité du cadre malien. Pourtant, il avait réussi à faire changer beaucoup de choses mais il n’a jamais pu briser la capacité des cadres maliens à réfléchir indépendance, démocratie. La dictature sera telle que toutes les couches et classes sociales sont touchées une à une, secteur par secteur. C’est cela qui va motiver le vaste mouvement des Maliens à se sacrifier pour des causes nobles dans les années 1990 qui aboutit aux évènements de Mars 1991. Donc, c’est la génération démocratique et républicaine qui met fin à la dictature et essaie de construire une société démocratique et républicaine.

Le regard que j’ai, c’est que ce pays a fait des avancées avec ce que Modibo avait fait. Mais qui a été retardé un peu par l’équipe de Moussa TRAORE et qui a pu reprendre l’élan après le 26 mars 1991. Mais les contradictions au sein des forces démocratiques et républicaines, comme ça arrive souvent, vont aboutir au sein des peuples à des zigzags.

Le regard que j’ai aujourd’hui, c’est un pays divisé physiquement en deux. Parce qu’à partir de Sévaré, la route n’est presque plus praticable pour aller à Gao, Ansongo, etc. Aussi, la route qui relie Douentza à Tombouctou dite route de Diabira, route de l’espoir est dégradée. L’insécurité étant, très peu de sociétés de transport peut relier aujourd’hui l’est (Gao, Kidal) et l’ouest (Mopti, Ségou, Bamako, Kayes) du Mali. Le nord étant Nara, Nioro du Sahel et Taoudéni et le sud la région de Sikasso. Le pays est divisé en deux sur le plan institutionnel. Ce sont les autorités intérimaires qui sont appelées à gérer beaucoup des communes des régions de l’est, du nord du pays. Or ce sont les maires élus régulièrement qui gèrent les communes de l’ouest, le nord, le sud du pays. C’est un pays occupé. Quoi qu’on dise, notre drapeau ne flotte toujours pas à Kidal. Quoi qu’on dise, aucun Malien ne peut pas se lever avec sa voiture et d’aller comme ça à Tombouctou. Dire, je peux aller à Kidal et visiter toute la région. Nous ne pouvons pas aller librement dans toutes ces zones qui sont maliennes. Je disais dans un journal, aujourd’hui, tout l’est du pays est devenu le marché intérieur algérien. Donc, il y a lieu de se poser la question si l’Algérie a intérêt à ce que cette crise cesse. Cette partie est devenue un no man’s land sujette à des pratiques de tout genre. Personne au Mali ne sait exactement aujourd’hui ce que la France fait à Kidal. Elle est en train d’exploiter les richesses de l’Adrar ? Elle est en train d’y enfouir des déchets toxiques ? Personne ne le sait. Les autorités maliennes n’ont aucun moyen de le contrôler. C’est la raison pour laquelle je dis que le Mali est occupé. C’est ce qui justifie le succès de la « Plateforme An tè a baana ». Parce que c’est fondé sur les réalités indiscutables. Nonobstant l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle, qui dit que le référendum peut être organisé parce que le pays n’est pas occupé. C’est la politique, ce n’est pas le droit qui a été dit. Heureusement, les enfants du Mali ont dit non le pays est bel et bien occupé.

Le regard que je lance aujourd’hui c’est que nous sommes sous tutelle étrangère. Ceux qui bougent sont menacés par des résolutions du conseil de sécurité. Ce qui entrave la mise en œuvre de l’Accord de Bamako car il a été signé ici à Bamako grâce aux efforts du Président de la République.

Le regard que je jette, c’est que les Maliens ont perdu le nord. C’est aussi la démission de l’intelligence de la part de nos médias. Nous n’analysons pas correctement les événements. Par exemple un événement très important dont je n’ai pas vu une analyse exhaustive de cet événement le phénomène de l’accueil de Ras Bath. La qualité de ceux qui sont partis a été au même titre que Nelson Mandela. Parce que Ras Bath a pu faire le trajet l’aéroport la Bourse de Travail en 4 heures. Pratiquement la voiture roulait au pas des marcheurs. Mandela a fait 5 heures entre l’aéroport et Koulouba. A mon avis, la première signification de cela c’est que ce n’est pas seulement les religieux qui peuvent mobiliser le monde quand il le faut. La seconde, c’est que Ras Bath serait naïf de croire que tout ce monde est sorti pour lui. C’est un rejet de système peut être même les hommes qui l’incarnent. Le regard que je jette, c’est que les Maliens rejettent ce qui est en cours. Par un mouvement de colère et étaient prêts à tout casser. Cela pourrait aussi signifier que tous les marchands d’illusions, d’espérances, d’espoirs même sans de projet de société précis, sans programme de gouvernement précis, sans valeur morale éthique établie dans leur comportement quotidien, dans leur pratique quotidienne peuvent mobiliser le peuple malien complètement désespéré, démotivé. Cela est extrêmement grave. C’est l’échec de tout ce qui forme l’opinion et les médias sont en tête. Cela veut dire que les leaders d’opinion politiques, associatifs, communicationnels ont échoué.

En définitive, je souhaite que la capacité de s’indigner, de s’insurger, de s’organiser, de mobiliser et se sacrifier pour que le Mali soit meilleur demeure au Mali. Je souhaite cela soit une vérité établie et j’y crois profondément, intimement. Je suis sûr qu’il y aura toujours des hommes pour dire non et dire voilà la bonne direction. Je souhaite que les Maliens pensent au Mali plus qu’en leur personne. Que les chefs politiques pensent s’ils arrivent au pouvoir de quel Mali ils vont gouverner.

Est-ce que le Mali existe en tant que territoire uni aujourd’hui ?

Est-ce que le Mali est maître de son territoire ?

Bon anniversaire à tous les Maliens !

Yacouba TRAORE – Fanta Kankou KANOUTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *