IBK : “Le développement du Mali se fera par l’agriculture ou ne se fera”

Remise de 500 décortiqueuses et 500 riziculteurs, décoration d’une dizaine de productrices, don de kits solaires pour l’électrification de 152 centres de santé communautaire. Ce sont là les cadeaux offerts par le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta au monde rural de la première région. Ces dons ont été faits le lundi 16 octobre dans la commune de Awa Dembaya, en marge de la célébration conjointe de la Journée internationale de la femme rurale et de la journée mondiale de l’alimentation.

C’est en compagnie d’une forte délégation composée des membres de son Cabinet, du président du Conseil économique social et culturel, des ministres du gouvernement et des autorités administratives et politiques de la région de Kayes, que le président IBK a présidé, ce lundi 16 octobre, la célébration conjointe de la Journée internationale de la femme rurale et de la Journée mondiale de l’alimentation.

La commémoration de la Journée internationale de la femme rurale vise à magnifier la place de ces femmes dans le développement du monde rural, à travers leur accès à la terre, aux techniques et technologies de production. Quant à la Journée mondiale de l’alimentation, fêtée le 16 octobre de chaque année depuis 1945, elle vise à sensibiliser le public et le gouvernement autour des problématiques de la faim, de la pauvreté rurale pour plaider en faveur de la faim zéro.

Les solutions préconisées pour la promotion du monde et de la femme rurale

Dans son intervention lors de la cette commémoration, la ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Traoré Oumou Touré, qui parlait aussi au nom de son collègue ministre de l’Agriculture et celui de l’Elevage et de la pêche, a salué l’attachement du président de la République à la cause du monde rural. “Vous avez toujours mis la cause du Malien rural et de la femme rurale en particulier au centre de vos préoccupations en leur réservant une place de choix dans votre projet de société et dans les gestes posés par vos soins et particulièrement le programme présidentiel d’urgence conduit par le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga” a introduit le chef du département de la Promotion féminine.

Dans son allocution, la ministre Traoré Oumou Touré n’a pas manqué de rappeler que les effets du changement climatique sont réellement sentis par les hommes et les femmes pauvres dont les revenus reposent essentiellement naturelles. “Malheureusement, les moyens de production sont de faibles performances et l’accès des femmes à la terre reste timide” a déploré la Ministre.

Selon elle, le défi auquel nous sommes actuellement confrontés est comment s’extirper du fléau des migrations à travers le développement rural ? La solution à ce défi, a-t-elle poursuivi, viendra entre autres de la création massive d’emplois en milieu rural, d’une agriculture intelligente face au climat avec des pratiques agricoles durables, d’une gestion des ressources naturelles pour nourrir plus de personnes…

Les chantiers d’IBK pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour les couches vulnérables

La ministre de la Promotion de la femme a surtout salué le président pour les grands chantiers en cours et ceux réalisés pour accélérer la croissance économique en vue de l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des couches les plus vulnérables, en l’occurrence les femmes et les jeunes.

Au nombre de ces chantiers, elle a cité l’élaboration et l’application d’une politique et d’une loi foncière agricoles, l’opérationnalisation du fonds national d’appui à l’agriculture pour le financement des activités agricoles et péri-agricoles, l’aménagement de 100 000 hectares dont 15% devront revenir aux femmes et aux jeunes. S’y ajoutent l’opérationnalisation du Fonds d’appui à l’autonomisation de la femme et de l’épanouissement de l’enfant (Fafe), l’élaboration et la mise en œuvre du programme d’empoissonnement des points d’eau et la relance de la pisciculture, de la mise en œuvre des programmes sur la résilience des exploitants familiaux agricoles…

“Il est aussi important de rappeler votre ferme détermination de soutenir le secteur du développement rural en y consacrant 15% du budget national…Le mécanisme de subvention des prix des engrais et semences et l’extension de cette subvention des intrants à l’élevage et à la pêche…” a rappelé la Ministre. Elle a poursuivi que toutes ces politiques de développement initiées et opérationnalisées sous la haute bienveillance du président visent, entre autres, la transformation durable sans exclusive du monde rural permettant aux producteurs et productrices de faire face au changement climatique, à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et à l’augmentation de la production et de la productivité agricoles et l’accroissement des revenus des femmes pour leur plus grande autonomisation.

La Ministre a également apprécié l’adoption de la loi N° 2015-052 du 18 décembre 2015 relative à la promotion du genre dans les instances de décision nominatives et électives. Elle a enfin salué l’accompagnement des partenaires techniques et financiers pour la célébration de cette journée.

La reconnaissance des femmes rurales au président

La présidente du Bureau national des femmes rurales, Mme Niakaté Goundo Kamissoko, a, au nom de ses sœurs, exprimé toute leur reconnaissance au président IBK qui, par sa présence a donné un éclat particulier à cette célébration. Elle a, par la même circonstance, salué tous les efforts que le président de la République ne cesse de faire pour soulager le monde rural, notamment à travers la subvention des engrais, des lignes de crédits et l’octroi de médailles. “Les Cscom qui seront électrifiés et le deuxième pont en chantier profiteront en premier lieu à nous les femmes. C’est pourquoi nous sommes prêtes à vous accompagner pour bâtir ce pays” a ajouté la présidente des femmes rurales.

De son côté, le représentant résidant de la Fao au Mali, Alahoui Amadou Diallo, a, au nom des partenaires, félicité de nombreuses initiatives entreprises par les autorités maliennes dans le cadre de l’autosuffisance alimentaire. Cela, à travers le projet d’aménagement de 100 000 hectares, la création de 200 000 emplois et les résultats dans le cadre de la réduction de la pauvreté à travers les Objectifs du millénaire pour le développement. Dans son discours de lancement, le président a apprécié à sa juste à sa valeur le choix de la région de Kayes en général et celui de la Commune de Hawa dembaya en particulier, un lieu, a-t-il rappelé, chargé d’histoire.

IBK a rendu un hommage appuyé aux femmes rurales

“Elles sont à la tâche, elles ne dorment pas et s’occupent de tout… Elles ont acquis tellement d’expérience qu’elles sont dignes des éloges les plus appuyés” a soutenu le président IBK.Selon lui, le développement de ce pays se fera par l’agriculture ou ne se fera pas. “La terre du Mali n’est pas ingrate, elle est généreuse, elle est féconde pourvu qu’on la respecte” a poursuivi le président de la République, avant de réaffirmer sa disponibilité à accompagner ces femmes rurales.

500 décortiqueuses, 500 riziculteurs, 152 kits solaires pour la région de Kayes

En marge de cette célébration, le président de la République a offert 500 décortiqueuses et 500 riziculteurs pour les femmes rurales de la région de Kayes. Les dons ont été remis à la présidente nationale des femmes rurales. Ce n’est pas tout. 152 kits solaires ont été remis par le chef de l’Etat au gouverneur de la région de Kayes pour l’électrification de 152 localités communautaires de la région de Kayes.

Cette cérémonie a été également mise à profit pour décorer 11 productrices venant de divers horizons du pays. 10 récipiendaires ont reçu des médailles de Mérite agricole avec Effigie abeille et un récipiendaire s’est vu décerner le grade de Chevalier de l’Ordre national.

Un autre temps fort de la commémoration de cette Journée mondiale de l’alimentation et de la Journée internationale des femmes rurales a été la visite des stands d’exposition des produits agricoles.

Il faut rappeler que le chef de village de la commune de Hawa dembaya ainsi que le maire se sont également réjouis de la tenue de ces festivités dans leur localité. Et le chef de village a exprimé ses inquiétudes quant aux prochaines récoltes qui ne seront pas fameuses.

Kassoum THERA, envoyé spécial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *