Espagne: le dernier suspect des attentats de Catalogne a été abattu

La police autonome de Catalogne a confirmé lundi avoir tué le dernier membre encore en fuite de la cellule jihadiste responsable des attentats de la semaine dernière en Catalogne, qui ont fait 15 morts et plus de 120 blessés. L’opération de police s’est déroulée vers 17h, à l’ouest de la capitale régionale.

C’est grâce au signalement d’une voisine que le suspect abattu a pu être mis hors jeu à Subirats, à l’ouest de la capitale catalane. Elle a vu en début de l’après-midi un homme qui ressemblait aux signalements de Younès Abouyaaquoub, le jeune Marocain de 22 ans qui était probablement au volant de la camionnette qui a fait de nombreuses victimes sur Las Ramblas, au coeur de la capitale catalane.

La femme a interpelé le jeune homme qui s’est alors enfui. Elle a alerté les autorités et une patrouille s’est présentée sur place. Les policiers ont repéré que le suspect semblait porter une ceinture d’explosifs – qui se révèlera factice -, et ils l’ont abattu : il « gît face contre terre et un robot s’approchait vers 17h du corps pour déterminer s’il est porteur ou non d’explosifs », a précisément expliqué les Mossos d’Esquadra.

Puis la zone a été bouclée pour éviter tout danger d’explosion.

Les autorités ont annoncé qu’un homme a été abattu dans ces conditions à Subirats, et ont confirmé peu de temps après qu’il s’agissait bien de Younès Abouyaaquoub, conducteur de la camionnette qui a fait 13 morts à Barcelone. L’homme le plus recherché d’Espagne avait ensuite tué à l’arme blanche un automobiliste dans sa fuite, alourdissant le bilan des attentats de Catalogne à 15 morts.

Younès Abouyaaqoub avait son nom inscrit dans la liste des fidèles de la mosquée de Ripoll, là où prêchait l’imam Abdelbaki Es-Satty, qui aurait endoctriné la cellule de jihadistes qui a planifié les attentats.

Sur les onze autres membres de la cellule, sept ont trouvé la mort, quatre ont été arrêtés par la police. Les enquêteurs doivent à présent tenter de savoir où s’est caché Younès Abouyyaqoub ces quatre derniers jours et s’il a bénéficié de complicités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *