Côte d’Ivoire: les enjeux d’un éventuel retour de Guillaume Soro

Guillaume Soro va-t-il rentrer ce dimanche 22 octobre en Côte d’Ivoire ? C’est en tout cas ce qu’indique le chargé de communication du président de l’Assemblée nationale. Guillaume Soro est absent du pays depuis plus de deux mois dans un contexte où les spéculations autour d’une possible brouille entre l’ex-rebelle et le chef de l’Etat ivoirien vont bon train.

Officiellement, Guillaume Soro a enchaîné pendant plus de deux mois les visites de travail dans le cadre de sa fonction de président de l’Assemblée nationale. Pendant ce temps-là, les rumeurs de sa brouille avec le chef de l’Etat ivoirien ont défrayé la chronique.

Premier couac, début septembre : Guillaume Soro boude le 3e congrès du RDR, assurant ne pas avoir été associé à son organisation.

Mais ce qui alimente la querelle, c’est l’arrestation pour « complot contre l’Etat », le 9 octobre de son chef du protocole après la découverte en mai d’une cache d’arme dans sa résidence de Bouaké.

Depuis sa cellule Souleymane Kamaraté Koné accuse le président Ouattara de viser Guillaume Soro à travers lui. Des propos relayés sur le site internet et les réseaux sociaux du président de l’Assemblée nationale, même si ce dernier se garde de commenter l’affaire directement.

« Il n’y a pas de tension » entre Guillaume Soro et Alassane Ouattara, a assuré ce samedi le chargé de communication du président de l’Assemblée nationale, se réfugiant derrière les récents les propos du porte-parole du gouvernement ivoirien. « M. Soro a eu plusieurs entretiens téléphoniques avec le chef de l’Etat », a ajouté Moussa Touré. Ce même Moussa Touré qui, il y a une dizaine de jours, dénonçait pourtant « une guerre entre le clan de Ouattara et le clan Soro ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *