La CEDEAO souhaite une force d’imposition de la paix au Mali (Marcel De Souza)

Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Marcel De Souza a déclaré, lundi à Abidjan, vouloir une force d’imposition de la paix au nord du Mali.

 

marcel de souza cedeao president commission ecowas

Le Président de la commission dénonçait le type de mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) qui ne serait pas adapté à la réalité où sévissent des groupes armés.

« Nous ne voulons pas une force de maintien de la paix, mais d’imposition », a dénoncé Marcel De Souza face aux ambassadeurs de l’espace ouest-africain en poste à Abidjan, révélant avoir porté ce message au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Pour M. De Souza qui présentait les chantiers prioritaires des 3 prochaines années de son institution, « Il faut utiliser les forces pour protéger les populations », souhaitant que ‘’la CEDEAO reprenne le leadership, créé des brigades spécialisées ».

A en croire ce haut responsable de la CEDEAO, « l’intégration est une voie incontournable pour nos pays ». Parmi les acquis, il a salué « la libre circulation de personnes, de marchandises, de services, de capitaux ».

Mais des entraves existent dans la pratique. A cet effet, M. De Souza a dénoncé « la gangrène’’ de la corruption. « Nous devons lutter, sensibiliser et sanctionner les entraves à la circulation », a recommandé le Président de la Commission de la CEDEAO.

Par ailleurs, Marcel De Souza a fait de la promotion du secteur privé, une priorité. « Il faut créer un environnement pour favoriser l’environnement des affaires .C’est le secteur privé qui créé la richesse, des emplois », a-t-il conclu.

SY/hs/ls/APA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *