Al-Qaïda menace Abidjan, Ouagadougou, Bamako

C’est une menace qui donne froid dans le dos. Le successeur d’Oussama Ben Laden à la tête de l’organisation terroriste Al-Qaïda, le nommé Ayman al-Zawahiri en veut terriblement à la France et à ses intérêts partout dans le monde. Pour cela il a donc décidé de sévir. Dans une courte vidéo qui crée le séisme dans le milieu politico médiatique occidental, Ayman al-Zawahiri a appelés ses « combattants » à s’en prendre aux intérêts français dans certaines capitales africaines qu’il a pris le soin de nommer. A savoir « Abidjan (Côte d’Ivoire), Ouagadougou (Burkina Faso) et Tombouctou (Mali)… ». Dans ces villes dans la sous région ouest africaine, le terroriste en chef, leader d’Al-Qaïda a appelés ses « combattants à donner une leçon à la France « . La vidéo dure six minutes, mais suffisantes pour faire trembler les plus durs dans l’hexagone.

Ayman al-Zawahiri a aussi visées d’autres villes africaines. Il s’agit des pays de l’Est du continent. Mais cette fois sa menace va contre les Etats-unis d’Amérique. Dans cette partie du continent, le leader de l’organisation Al-Qaïda accuse les « attaques » des « Croisés », c’est-à-dire les Américains contre les musulmans, en Tanzanie, en Somalie, au Kenya et en Ouganda.

Al-Zawahiri pense que ce sont les Américains qui sont à la base de la lutte qu’il appelle « croisade » contre le terrorisme. L’organisation Al-Qaïda a publiée cette vidéo dans laquelle intervenait son chef, le 16 septembre dernier, soit une semaine après la commémoration du 9 septembre en référence au 9 septembre 2001 jour où les tours jumelles de New-York ont été ciblées par une attaque terroriste revendiquée par Al-Qaïda alors dirigé par son chef historique Oussama Ben Laden.

Les dirigeants des pays africains visés par l’organisation terroriste Al-Qaïda n’ont qu’à bien se tenir. Car, même les capitales européennes qui croient avoir des moyens conséquents pour annihiler toute attaque terroriste continuent de déplorer des morts dans leurs populations.

C’est le lieu de faire comprendre aux autorités ivoiriennes, surtout à Alassane Dramane Ouattara (ADO) qu’il y a des relations embarrassantes dont il faut se séparer quand leur poids fait planer le péril sur toute une nation. On peut aimer la France, mais se préférer est mieux. Le chef de l’Etat ivoirien devrait faire sienne cette maxime bien abidjanaise.

Par S.A.G

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *